La Société de transport de Montréal (STM) confirme aujourd’hui qu’elle a effectué et concrétisé les réductions de dépenses annoncées pour combler 36 M$ sur le 46 M$ du risque à pourvoir qui demeurait à son budget d’exploitation 2024.

Après identification des sources d’optimisation, la STM confirme les réductions dans sa masse salariale et dans son budget de biens et services, et ce, sans impacter le niveau d’offre de service.

Plus précisément, ces efforts budgétaires additionnels de 36 M$ représentent dès cette année :

Notons que la STM avait déjà sécurisé des économies de l’ordre de plus de 50 M$ à son budget 2024 qui émanaient de la révision de sa structure organisationnelle, de la pérennisation de son plan de réduction des dépenses, de l’optimisation de notre offre de service et de prise de risques additionnels. Ainsi, avec ces efforts additionnels concrétisés de 36 M$, l’exercice budgétaire 2024 comprend donc au total une réduction de masse salariale de l’ordre de 5%, soit l’équivalent de 230 postes.

« De telles décisions sont toujours difficiles à prendre pour une organisation. Si nous les prenons, ce n’est pas de gaieté de cœur, mais bien pour nous permettre de maintenir notre offre de service et continuer d’être présents pour notre clientèle, là où elle en a besoin. Dans un contexte financier de plus en plus complexe, nous sommes plus que jamais dédiés à notre mission de service essentiel pour l’ensemble de la communauté, en plus d’être un acteur clé dans la lutte aux changements climatiques. Ces efforts, bien que difficiles, sont faits pour maintenir le cap sur cette mission. Je tiens aussi à remercier sincèrement tous nos employés qui vivent ces changements dans l’organisation. Soyez assurés que nous prenons toutes les mesures nécessaires pour vous accompagner dans ces moments particuliers », a affirmé Marie-Claude Léonard, directrice générale de la STM.

Rappel des efforts de coupures budgétaires de la STM 

Finalement, en plus des actions en cours, la STM rappelle qu’elle s’engage également, pour les cinq années à venir, à générer 100 M$ en réduction récurrente de ses dépenses, sans impacter le niveau de service offert à la clientèle.

« La STM est engagée à trouver des pistes d’économies à même ses dépenses, et démontre aujourd’hui son sérieux et sa volonté de poursuivre des actions concrètes en la matière. Ces efforts n’impacteront pas le niveau d’offre de service conformément à notre engagement. Toutefois, nous ne pourrons répéter des efforts de cette ampleur tous les ans. La STM ne peut à elle seule résoudre l’entièreté du problème du financement du transport collectif. Il faut pouvoir compter sur des sources de revenus pérennes et prévisibles, ce qui nous permettra de mieux planifier l’offre de service et nos besoins pour moderniser notre réseau », a conclu Mme Léonard.