Deux nouvelles murales, Transmigration sur la rue George-V et L’école de l’avenir à l’école Catherine-Soumillard, ont été récemment inaugurées par les élus de Lachine.

« En plus d’embellir nos milieux de vie, ces œuvres invitent à la contemplation. Par leur pouvoir d’attraction, les murales créent des places publiques spontanées et des occasions pour la communauté de tisser des liens. Merci aux citoyens, aux organismes et aux artistes qui contribuent ainsi à améliorer notre qualité de vie », souligne Maja Vodanovic, mairesse de Lachine.

Une touche artistique sur l’avenue George-V

La murale Transmigration a été réalisée par l’artiste Dodo Ose sur les bâtiments du 320 et du 360 de l’avenue George-V.

« J’ai trouvé un réel défi et du plaisir à réaliser une œuvre aussi technique. Elle est le reflet de mon apprentissage de ces dix dernières années », a mentionné Dodo Ose.

La Maison des Jeunes l’Escalier de Lachine, l’organisme KOLAB ainsi que l’équipe du programme Graffiti de l’Arrondissement de Lachine ont coordonné ce projet. Soulignons le soutien des propriétaires des deux immeubles, des locataires et des résidents du quartier qui ont participé à l’idéation du projet avec l’artiste. Une activité de médiation culturelle a aussi été organisée avec la Maison des jeunes l’Escalier.

Une murale inspirée par les idées des élèves

La fresque L’école de l’avenir a été réalisée par le collectif d’artistes Artducommun à l’école Catherine-Soumillard, située au 250, 48e Avenue.

Ce projet est né en 2020 de la collaboration entre la Maison des Jeunes l’Escalier et l’équipe du programme Graffiti de l’Arrondissement de Lachine. Le contexte sanitaire a retardé la consultation auprès des élèves de 5e et 6e année et la réalisation de la murale. En raison de la pandémie, c’est finalement par visioconférence que les artistes ont présenté le projet aux jeunes pour les inviter à partager leur vision de l’école de l’avenir. Les artistes se sont ensuite inspirés de ces idées pour produire leur concept futuriste de l’école.

Ces deux projets ont été rendus possibles grâce au financement obtenu par le Programme d’art mural de la Ville de Montréal, volet 2 – murales de quartier. De plus, le Programme d’art urbain de l’Arrondissement de Lachine a soutenu la réalisation de la murale Transmigration.