L’Arrondissement du Sud-Ouest est fier d’annoncer l’acquisition de 18 vitraux de l’ancienne église Saint-Henri à des fins de préservation et de mise en valeur patrimoniale. Les vitraux ont fait l’objet d’un don de la part de M. Jean Gilbert, artiste, collectionneur humaniste et résident originaire de Saint-Henri.

« Durant un siècle, l’église de la paroisse de Saint-Henri-des-Tanneries s’est dressée au cœur d’une ville ouvrière en constante transformation. Aujourd’hui, alors que l’Arrondissement échafaude un concept d’aménagement préliminaire pour la place Saint-Henri, je me réjouis à l’idée que des fragments importants de notre mémoire locale puissent être préservés et éventuellement rendus accessibles pour des générations futures », a souligné Benoit Dorais, maire de l’arrondissement du Sud-Ouest et président sortant du comité exécutif de la Ville de Montréal, reconnaissant envers M. Jean Gilbert d’avoir veillé sur ces pièces uniques pendant près de 40 ans.

« Chaque vitrail est composé de 10 panneaux et mesure 1,71 m de large sur 3,45 m de haut. Selon l’évaluation patrimoniale réalisée à la demande de la Ville, les vitraux datent de la période 1925-1935 et auraient été réalisés par un atelier montréalais, vraisemblablement O’Shea ou Hobbs. Ils se distinguent par leur style Art déco, peu représenté dans le corpus des vitraux religieux au Québec », a pour sa part commenté Anne-Marie Sigouin, conseillère de Saint-Paul–Émard–Saint-Henri-Ouest.

Érigée en 1869, l’église Saint-Henri est le premier bâtiment construit autour de la future place du même nom. Le secteur connaîtra un développement économique et démographique rapide, favorisé par l’établissement d’infrastructures de transport et d’activité manufacturière. Avec la désindustrialisation de la ville, durant la seconde moitié du 20e siècle, de nombreuses industries du quartier ferment leurs portes. En 1970, plusieurs bâtiments, dont l’église, sont démolis pour laisser place à la construction de la Polyvalente Saint-Henri – aujourd’hui l’École secondaire Saint-Henri et l’École des métiers du Sud-Ouest-de-Montréal.

L’intégration de ces vitraux dans la collection de l’Arrondissement bonifie l’appréciation, la compréhension et l’interprétation de l’histoire d’un quartier ouvrier emblématique.