Dans la lutte contre les changements climatiques, Montréal s’associe aux jeunes qui agissent comme de puissants catalyseurs de changement dans notre société.  Le troisième Défi GEStes, lancé aujourd’hui après une série de conférences dans trois écoles secondaires montréalaises, encouragera près de 2 000 jeunes de la métropole, âgés de 12 à 17 ans, à réduire leur empreinte écologique, grâce à un changement sain de leurs habitudes alimentaires. 

Le défi : changer nos habitudes alimentaires dans le but de réduire notre empreinte carbone 

L’alimentation a un impact important sur les émissions de gaz à effet de serre (GES). C’est pourquoi, au cours du mois de février, les jeunes qui participent au Défi GEStes devront poser des gestes concrets, comme trouver des substituts aux protéines les plus émettrices de GES en les remplaçant par des protéines plus sobres en carbone dans leurs repas quotidiens, afin de réduire leur empreinte carbone.  

Pour participer, ils doivent s’inscrire sur la plateforme web ou sur l’application mobile du Défi GEStes. Les participantes et participants pourront suivre en ligne l’évolution de leur classement, qui évoluera en fonction des substitutions réalisées. En effet, chaque réduction de l’empreinte carbone résultant de la substitution d’une protéine à forte intensité de gaz à effet de serre, telle que le bœuf, par une protéine plus économe, comme la volaille, le tofu ou les légumineuses, pourra y être enregistrée. En s’inscrivant sur la plateforme, les jeunes pourront accéder à divers défis, trucs et astuces pour réduire leurs GES et partager des recettes.  

À la fin février 2024, les participantes et participants qui auront accumulé le plus de points se verront offrir des prix. Des ateliers sont organisés en classe, dans les maisons de jeunes ou dans d’autres organismes communautaires afin de promouvoir la participation au défi. 

Un impact collectif 

Pour participer au Défi GEStes, rendez-vous au defigestes.ca ou suivez-le sur Instagram. L’application est disponible dès maintenant sur App Store et Google Play. Le défi se déroule du 1er au 29 février 2024. 

« Nous nous réjouissons de collaborer avec la jeune génération, qui incarne les leaders de demain. Son engagement est essentiel pour intensifier l’action sociale face à la crise climatique. Ensemble, nous nous engageons à accélérer la lutte contre les émissions de gaz à effet de serre (GES)! En participant au Défi GEStes, les participantes et les participants pourraient éviter jusqu’à 6 000 kg de GES. Cela équivaut à parcourir près de 24 000 km en voiture sur l’autoroute. Nous invitons les jeunes Montréalaises et Montréalais à participer en grand nombre à ce défi », a déclaré la responsable de l’environnement et de la transition écologique au comité exécutif de la Ville de Montréal, Marie-Andrée Mauger. 

« Les deux dernières années du Défi GEStes ont mis en lumière le désir des jeunes de passer à l’action : en 2023, une semaine seulement après le lancement du Défi, nous avions déjà atteint notre objectif, ce qui nous a permis de le doubler ! Cette année, nous nous donnons à nouveau une cible ambitieuse, et nous savons que les jeunes seront au rendez-vous pour l’atteindre. Au-delà de l’aspect scientifique des changements climatiques, nous souhaitons aussi apporter la dimension émotionnelle dans le projet. Voici pourquoi nous comptons également sur l’appui renouvelé de notre porte-parole, le clown humanitaire Guillaume Vermette, avec qui nous avons élaboré une nouvelle conférence qui traite des émotions que vivent de nombreux adolescents et adolescentes face à la crise climatique, et qui les aide à garder espoir et à transformer ces émotions en actions », a expliqué Catherine Houbart, directrice générale du GRAME et représentante des trois organisations derrière le Défi GEStes. 

De précieux partenaires 

Le Défi est rendu possible grâce à l’appui financier de la Ville de Montréal dans le cadre du Plan climat 2020-2030, ainsi qu’au soutien d’Espace pour la vie. Le Défi GEStes a aussi reçu l’appui financier d’Hydro-Québec. Finalement, ce projet est réalisé grâce au soutien financier du gouvernement du Québec.