Courtoisie Mélanie Dusseault

Le jardin collectif Carlos-D’Alcantara est officiellement inauguré!

Le samedi 17 septembre, Mercier-Hochelaga-Maisonneuve inaugurait le premier jardin collectif issu d’une démarche de budget participatif, non seulement à l’arrondissement, mais également à Montréal.

Sous le thème de la Fête des récoltes, des membres du jardin collectif, qui ont grandement contribué au succès de cette première récolte, de même que des membres du comité de pilotage du budget participatif Mercier-Est, ont ainsi pu partager cette réussite dans une ambiance festive et conviviale.

Le jardin collectif Carlos-D’Alcantara contribue à la transition écologique de la Ville de Montréal et est en cohérence avec le Plan climat de MHM, qui est en cours de rédaction. On y retrouve également les trois dimensions du développement durable : sociale, environnementale et économique. En effet, ce jardin collectif est rapidement devenu un lieu de rencontre entre les résidents et résidentes et a permis la création de liens sociaux intergénérationnels. De plus, l’aménagement du jardin collectif a permis d’enrichir sur le plan de la biodiversité une superficie anciennement gazonnée. La permaculture y occupe une place importante avec les variétés d’arbres et d’arbustes fruitiers nécessitant peu d’entretien. Enfin, à l’heure de la flambée des prix de l’alimentation et dans un secteur où l’offre alimentaire est faible, l’accès à des denrées fraîches pour la communauté ne peut être que bénéfique.

Faits saillants de l’aménagement du jardin collectif

  • 158 mde superficie cultivable au sol et en bacs (dont des bacs accessibles universellement);
  • un accès à l’eau;
  • un bac de rangement pour les outils, des bacs pour le compost;
  • des arbres fruitiers et arbustes à petits fruits;
  • sentiers accessibles menant à un espace central de rassemblement avec mobilier et bacs;
  • module pour enfants;
  • deux arches aux entrées intégrant des panneaux d’identification du jardin, ainsi que des panneaux expliquant son fonctionnement et les bénéfices de l’agriculture urbaine.