Courtoisie

Luc Brodeur-Jourdain, un Alouette tatoué sur le cœur

Durant toute sa carrière de joueur et maintenant comme entraîneur, Luc Brodeur-Jourdain n’a porté qu’un seul uniforme soit celui des Alouettes de Montréal.

« J’ai le logo des Alouettes tatoué dans mon cœur. Je ne me serai pas vu porter un autre uniforme dans la Ligue Canadienne de Football (LCF). Je me suis toujours dit que si j’ai un jour j’étais échangé ou si Montréal m’avait laissé aller, j’aurais fort probablement accroché mes crampons », a déclaré le sympathique entraîneur de la ligne offensive des moineaux, en entrevue exclusive à Info Montréal.

Après 10 saisons comme joueur de la LCF, le footballeur de 38 ans a pris sa retraite après le premier match de la saison 2019, avant d’être nommé dans le personnel entraîneur de l’équipe.

« Quand je suis présenté au camp d’entraînement, cette année-là, j’ai compris assez rapidement que mon temps était fait. Mes répétitions étaient aussi très limitées. Je comprenais que l’équipe était sur le point de passer à autre chose. J’étais à l’aise avec ma décision », a-t-il souligné.

Puis, les Alouettes lui ont proposé de jouer un dernier match avant d’accrocher ses crampons. « J’ai savouré cette rencontre-là et ma semaine de préparation. Le poste d’entraîneur est aussi venu rapidement dans la conversation », a poursuivi Brodeur-Jourdain.

Adaptation facile

Son adaptation de joueur à entraîneur s’est faite relativement facilement. « Je dois dire que j’ai tout un groupe de joueurs qui ont de l’expérience dans le circuit et qui ont beaucoup de vécu sur un terrain de football », a expliqué le natif de Saint-Hyacinthe.

Il ajoute que dans la vie de tous les jours, sa philosophie est de bâtir de vraies relations durables qui ne se limitent pas seulement au jeu. « Ça ne m’empêche pas de procéder à une évaluation ou de faire une critique positive ou négative à un joueur car j’agissais de la même manière quand j’étais sur le terrain. J’étais un coéquipier très demandant, a-t-il admis.

Le joueur de centre a remporté le trophée des anciens combattants Jake-Gaudaur en 2017, décerné à un joueur canadien de la LCF qui démontre le mieux les qualités de persévérance, de courage, de camaraderie et l’implication communautaire.

En 2015, Brodeur-Jourdain a aussi été élu le joueur canadien par excellence des Alouettes et il a été désigné le joueur de ligne par excellence de la formation montréalaise en 2013. En 2012 et en 2014, il a aussi été élu au sein de l’équipe d’étoiles de la section Est.

« C’est certain que mes deux Coupe Grey sont mes meilleurs souvenir comme joueur dans la LCF. Mais je me souviendrai toujours de la naissance de mon fils Noah, le 20 septembre, 2015. C’était le jour où Montréal présentait le Grand Prix cycliste. Noah est né à 9 h du matin et à 11 h, j’étais dans ma voiture. À 13 h 10, j’arrivais au Stade Olympique, retardé par les cyclistes, et 20 minutes plus tard, je sautais sur le terrain pour notre match contre Winnipeg. Je suis retourné après à l’hôpital auprès de ma femme et de mon fils. Ce fût une folle journée, », s’est-t-il remémoré.

Luc Brodeur-Jourdain, qui sera de retour comme entraîneur en 2022, a évolué dans les rangs universitaires pour le Rouge et Or de l’Université Laval de 2004 à 2008, faisant partie de la formation qui a remporté la Coupe Vanier en 2004, 2006 et 2008. Au Cégep, il a porté les couleurs des Géants de Saint-Jean-sur-Richelieu, équipe collégiale AAA.

Rappelons que les Alouettes termineront leur saison régulière le 19 novembre, alors que les Redblacks d’Ottawa seront les visiteurs au Stade Percival-Molson.

Courtoisie