À sa première saison complète dans la ligue M18 AAA, le gardien du Rousseau Royal de Montréal, Quentin Miller vit pleinement ses deux passions soit le hockey et la musique.

Le cerbère de 17 ans a un parcours atypique. Ayant joué son hockey mineur dans la classe BB et CC avec les Braves d’Ahuntsic et après une saison dans le bantam AA, il décide de faire le saut dans le hockey scolaire avec le Collège Notre-Dame M17, dans la LHPS, en 2019.

« Je devais jouer midget espoir et le Collège Notre-Dame était mon plan B. J’ai décidé d’y aller et je n’ai jamais regretté. J’ai joué dans un bon calibre en plus d’aller dans une très bonne école », a-t-il mentionné en entrevue à Info Montréal.

Au terme de cette saison-là, il a pris part, à l’automne 2020, au camp du Rousseau Royal. Après avoir fait l’équipe, la saison fût malheureusement annulée en raison de la COVID-19.

« Les parties hors-concours de l’an dernier ont facilité mon adaptation au M18 AAA. Le jeu est nettement plus rapide et les joueurs sont meilleurs. J’aime le challenge que j’ai à chaque match », a ajouté Quentin.

Le gardien de 17 ans appartient également aux Remparts de Québec, de la LHJMQ, ayant été repêché cette année en dixième ronde, 176e au total. Il a aussi pris part au camp de l’équipe québécoise, en août dernier, ayant même eu la chance de disputer deux rencontres hors-concours, où il accordé trois buts en 59 minutes de jeu.

« J’ai beaucoup aimé mon expérience à Québec. Mon objectif est de faire le club en 2022-2023 », a précisé celui qui fêtera son 17e anniversaire de naissance en décembre prochain.

Comme gardien de but, son modèle est sans contredit le gardien du Canadien de Montréal, Carey Price. « J’aime beaucoup ce qu’il dégage devant le filet, son calme. », a précisé Miller ajoutant avoir surpris de la nouvelle sur l’annonce de son absence indéterminée pour intégrer le programme d’aide de la LNH.

Fan de musique

En plus d’exceller au hockey, Queetin Miller a aussi une passion : produire de la musique.

« Mon frère est musicien et il a acheté un logiciel pour produire de la musique. Il l’a pas beaucoup utilisé alors j’ai pris la chance », a-mentionné l’adolescent.

Il touche à plusieurs types de musique dont le hip hop. Il aime autant créer ses propres mélodies que d’utiliser des chansons à succès pour les retravailler.

« Ça me permet de décrocher un peu du hockey et de l’école. J’adore ça », a-t-il conclu.

Courtoisie